• Le Karaté Shotokan

     

    Le Karaté Shotokan (Shotokan-ryu) est un art martial japonais, qui fait partie du Karaté-do. Il est issu de l’école Shorin ou Shorin-ryu de maître Matsumura (1809-1896) qui a donné naissance, grâce à ses élèves, à de nombreux styles différents de karaté. L’un de ses élèves, appelé Gichin Funakoshi (1868-1957), devenu maître à son tour, développa son propre style et l’appela Shotokan. Les autres élèves de Matsumura, devenus maîtres à leurs tours, développèrent d’autres styles de karatés comme le shito-ryu, le goju-ryu, le Kyokushinkai, le kenpo, etc. Shomen Gichin Funakoshi est considéré comme le Père du karaté moderne. Il est l’importateur du karate-dô au Japon et créateur du style Shotokan, il a fait évoluer la forme initiale du karate d’Okinawa.

    À l’origine, Funakoshi pratiquait les deux écoles qui dominaient (shorei-ryu et shorin-ryu). Après une dure pratique de ces deux formes de karaté, Funakoshi parvint à développer une nouvelle forme de karaté-do, un modèle plus simple, combinant les idéaux de shorei-ryu et de shorin-ryu. Le karaté qu’il enseigna à ses étudiants reflétait les changements opérés par Anko Itosu, y compris la série de kata de Heian/Pinan. Funakoshi changea également les noms des kata de son programme d’étude, dans un effort de rendre les noms « étrangers » d’Okinawa plus agréables aux oreilles des Japonais. Le Maître Gichin Funakoshi, en tant que président de la Okinawa Shobukai, une association de karaté, fut convié en mai 1922 par le ministère de l’Éducation à prendre part à une démonstration, agréée par le gouvernement nippon, organisée à Tokyo. Cette démonstration mettait en scène les arts martiaux traditionnels du pays, parmi lesquels le karaté. C’est ainsi qu’il fut le premier héraut du karaté-jutsu, discipline originale en provenance d’Okinawa (de l’archipel des Ryu-kyu). Il devait alors, pour satisfaire les requêtes de nombreux individus, s’installer dans la capitale et y travailler à vulgariser son art martial. Le Karate Shotokan fut officiellement reconnu en 1939. Avant de s’éteindre en 1957, il forma de nombreux élèves : Obata, Okuyama, Egami, Harada, Hironishi, Takagi, Ohshima, Nakayama, Nishiyama, Kanazawa Hirokazu, Taiji Kase.

    À la suite de Gichin Funakoshi, certains de ses élèves développèrent, à leur tour, également, leurs propres styles de karaté. Il existe donc des sous-variantes du style « Shotokan ». Funakoshi considérait que les arts martiaux traditionnels (tels que le sumo, le jujitsu et le kenjutsu) concentraient trop leurs formes sur le combat, et il a voulu rendre le shotokan moins axé sur le combat et plus sur la santé, la respiration, la libération d’énergie ainsi que la maîtrise du corps et de l’esprit. Pour Funakoshi, «le but réel du Karaté n’est pas la victoire, mais le perfectionnement du caractère».